5 astuces pour prendre sa retraite le plus tôt possible

prendre sa retraite le plus tôt possible

Prendre sa retraite plus tôt et arrêter de travailler à 50 ans ​?

Depuis 2012 nous pouvons constater au cabinet qu’il y a une recrudescence de demandes​ d’actifs pour des simulations pour un départ en retraite aux alentours de 50/55 ans​. C’est​ en effet​ le rêve​ ou le souhait de nombreuses personnes d’arrêter son activité professionnelle avant l’âge de retraite et contrairement à une idée largement répandue c​et objectif n’est pas si compliqué à atteindre pour ceux qui s’en donnent les moyens.

Vous trouverez ci-dessous les points essentiels à respecter pour une cessation d’activité dès 50/ 55 ans ​pour limiter l​es risques coté finances​ ou éviter l’erreur fatale.

​Q​uand je​ parle de prendre sa retraite je veux bien évidemment dire arrêt de l’activité et attente du départ à la retraite effectif puisque l’âge légal ​en 2018 ​est de 62 ans (sauf si on a travaillé avant ses 20 ans on peut partir dès 60 ans au taux plein ou même encore avant vers 58/57 ans si on démarré très jeune dans la vie avant ses 16 ans , voir pour cela notre article sur la carrière longue  nous proposons même un simulateur retraite carrière longue pour départ anticipé  ici. Pour être complet, il existe d’autres cas spécifiques permettant une retraite anticipée tels que travailleurs handicapés, fonctionnaires, catégories de contractuels, politiques, dispositif amiante etc. Et dernier point, attention qui dit âge légal ne veut pas dire taux plein non plus !

​voici 5 trucs qui sont impérativement à vérifier pour prendre sa retraite le plus tôt​ possible sereinement.

Jusqu’à quand cotiser ?

Calculer son âge de retraite à taux plein

Pour arrêter de travailler plus tôt, il faut estimer précisément le nombre d’années qu’il reste à cotiser pour obtenir une retraite à taux plein.

Savoir précisément le nombre d’années qu’il reste à cotiser permet​ d’arbitrer sur le fait de continuer ou non à avoir un minimum de cotisations permettant de valider 4 trimestres par an jusqu’à sa date de taux plein. Si vous avez besoin de trimestres vous pouvez cotiser vous même (voir ici le montant de salaire permettant de valider un trimestre en 2018), ou trouver un petit job qui peut vous valider 4 trimestres et cela même sans travailler 12 mois si le montant perçu est suffisant pour valider les 4 trimestres directement (cf lien  précédent: montant du salaire nécessaire).

Si votre départ à taux plein est à 67 ans et que même à 67 ans vous ne ​disposez pas tout à fait ​du nombre de trimestres requis, vous pouvez faire l’arbitrage dès 55 ans de stopper vos cotisations jusqu’à votre départ en retraite à 62 (ou 67 ans si vous souhaitez bénéficier du taux plein automatique)​.​ En effet, pourquoi continuer à accumuler des trimestres puisque de toutes façons vous n’aurez jamais votre taux plein sauf à 67 ans ? cela ne sert pas à grand chose sauf à éventuellement améliorer votre base de calcul de la pension (mais pour cela encore faut il enregistrer des salaires suffisamment importants, faute de quoi vous pourriez  même faire baisser votre moyenne pour le calcul du SAM (salaire annuel moyen de base) – les fameuses 25 meilleures années-.

Quand vous avez l’abattement maximum ​(​plafonné à 22 % sur vos complémentaires​ ou 22​,5% pour la sécurité sociale​)avoir plus ou moins de trimestres n’a qu’une influence réduite sur le coefficient d’anticipation qui pénalise ceux qui prennent leur retraite avant le taux plein.

pour les questions sur la validation de trimestres cliquez ici

Le cas particulier du chômage de fin de carrière:

Pour les salariés, il convient toujours d’étudier la possibilité d’une rupture conventionnelle ou d’un licenciement pour bénéficier de 24 ou 36 mois d’indemnité​ chômage (selon l’age du licenciement),​ qui rappelons le, permet de continuer à cotiser au régime de retraite et de bénéficier de 4 trimestres ​par an auprès de la sécurité sociale tout en bénéficiant aussi de trimestres gratuits au-delà de l’indemnisation chômage et ce jusqu’à l’obtention du taux plein. Magique non ? Conditions requises : Si vous avez au minimum 20 ans de cotisations, vous pourrez au-delà de votre période d’indemnisation chômage, valider 5 années de trimestres (soit 20 trimestres). Attention toutefois, plafonné à 20 trimestres si vous êtes licencié à 55 ans, vous n’aurez donc que des trimestres jusqu’à 60 ans, à supposer que vous ayez une carrière complète, il vous manquera toujours deux années soit 8 trimestres pour bénéficier de votre taux plein à 62 ans (dans ce cas étudier comment valider ces trimestres -une inscription auto-entrepreneur pouvant être une piste-). Pour mémoire, avant on validait des trimestres jusqu’à son taux plein, mais ça c’était avant… !

Augmenter le montant de sa retraite : comment avoir plus de retraite quand on n’a pas cotisé à des retraites supplémentaires privées ? 

Autre générosité du système d’indemnisation chômage, si au moment de l’age légal vous n’avez pas votre taux plein, votre indemnisation se poursuit avec tous ses avantages par périodes de 1 an reconductibles tacitement jusqu’au taux plein. Si vous avez bien saisi cette phrase et que vous calculez vite cela veut dire que l’on peut toucher le chômage (et bénéficier de tous ses avantages retraite notamment au niveau des points qui sont attribués) pendant beaucoup plus que 3 ans puisque l’on peut aller jusqu’à 8 années d’indemnisation auprès de pôle emploi sans dégressivité ! Comme précisé et je le répète, le système du chômage continue à alimenter vos comptes de points des caisses complémentaires (dans la limite de 4 plafonds Sécurité Sociale), autrement dit, au chômage vous améliorez votre future retraite ! elle est pas belle la vie ? un conseil terminer chômeur est un réel avantage pour une fin de carrière sereine.

Pour en savoir plus sur le chômage et la retraite qui peuvent faire bon ménage ou au contraire pénaliser vos futures pensions visitez la page dédiée ici.

Le cas particulier du dirigeant propriétaire de son entreprise:

Pour un chef d’entreprise qui veut vendre son affaire ne jamais perdre de vue que la fiscalité réduite sur les plus-values de cession de parts mobilières autrement dit la vente de votre société, e​s​t valable 2 ans avant la vente de l’entreprise et 2 ans après la vente de votre entreprise​. ​Donc attention si vous vendez et que vous poursuivez une activité même minime au sein de la société, le délai continue de courir et cette fiscalité réduite disparaît, idem si vous partez trop tôt et que vous vendez votre société et choisissez par exemple de ne plus toucher que des dividendes jusqu’au départ en retraite vous perdrez le bénéfice de cette fiscalité réduite.

Pour voir les articles concernant la retraite du dirigeant => cliquez ici

Étudier les pistes pour rapprocher le taux plein de ses 62 ans:

Hé oui, si votre taux plein avoisine les 65 ans, racheter des années d’études ou incomplètes via le dispositif au nom barbare de VPLR (versement pour la retraite) prend ici tout son sens s’il vous manque quelques annuités pour bénéficier du taux plein avant vos 67 ans. Coût, modalités, exonérations fiscales, calcul de rentabilité du rachat, voir notre page sur le rachat de trimestre  dits VPLR ici.

Attention, si vous rachetez des trimestres pour améliorer votre date de taux plein, il convient de ne pas cesser de cotiser suffisamment pour continuer à valider et obtenir 4 trimestres par an jusqu’à la date de départ, si non le rachat pourrait s’avérer au final inutile.

Calculer sa pension de retraite

Prendre sa retraite le plus tôt possible c’est bien évidemment estimer précisément de quelles ressources on va disposer par mois à partir de l’âge choisi. Ceci est essentiel, et pour un calcul retraite précis mieux vaut passer par un bon conseiller retraite (même si votre dossier est simple car l’erreur n’est jamais là où on l’attend) et aussi inclure toutes les ressources dont vous disposerez : retraite par répartition de la CNAV ARRCO AGIRC pour un salarié cadre par exemple, retraites capitalisations, assurances vies, revenus locatifs, revenus de capitaux mobiliers/dividendes etc.

pour calculer sa retraite des régimes par répartition voir nos conseils ici

Ce calcul retraite est également essentiel car cesser de cotiser plus tôt va pénaliser la base de calcul de la future pension. N’oubliez pas que moins de cotisations c’est moins de points dans les complémentaires (ARRCO, AGIRC, IRCANTEC) et moins de salaires « meilleurs » pour le calcul retraite de la sécurité sociale (CNAV) même si on a déjà ses 25 meilleures années. En effet une meilleure année récente dans le décompte des 25 retire du calcul une meilleure année d’il y a 25 ans et qui même revalorisée sera toujours moins bonne pour le calcul.

​Estimer ses dépenses:​

Les points précédents nous focalisaient sur les ressources, c’est bien, mais il est un point très important à ne pas occulter c’est de bien estimer vos besoins financiers et de les planifier. En effet, vous devez déterminer avec précision combien il vous faut de revenus mensuels nets et nets d’impôts pour parvenir à subvenir à toutes vos obligations financières et anticiper les arbitrages nécessaires sur des sources de dépenses qui seront peut être à revoir (résidences secondaires et autres activités consommatrices de cash, etc).

​Faire grossir ses ressources futures le plus tôt possible via l’épargne retraite mais pas que.

Cotiser automatiquement à son plan d’épargne entreprise type PERP et PERCO, article 83 et autres retraites supplémentaires dites « retraite chapeau ». En effet selon les dispositifs, la fiscalité réduite sur les cotisations mais également l’absence de fiscalité sur le capital que vous récupérez ou sur les pensions que vous toucherez n’est pas anodin. N’oubliez pas que cotiser peu mais régulièrement finit toujours par récompenser: « les petits ruisseaux font les grandes rivières » ce dicton prend vraiment tout son sens en matière de préparation de retraite. Pour voir les dispositifs d’épargne retraite et de retraites supplémentaires disponibles en France, c’est ici

Diversifier ses placements hors papier et autres valeurs détenues par des banques et des organismes financiers qui ne sont pas tant à l’abris d’un crach fatal que l’on veut bien le croire (vous y croyez à la garantie financière de l »état à hauteur de 100.000 euros en cas de défaut de votre banque ? moi pas… Tout ceux qui préparent correctement leur Retraite disposent​ toujours​ d’un ​volet immobilier en propre dont ils pourront tirer un loyer. Attention toutefois avec l’immobilier, c’est une affaire de pro. On ne doit pas oublier qu’il nécessite des frais de maintenance (donc un poste de dépenses à prévoir) et qu’il peut y avoir un locataire indélicat qui est protégé par la loi (surtout en france) et qui ne vous versera pas ses loyers parfois pendant des années avant de pouvoir l’expulser. Enfin l’immobilier est de plus en plus taxé en France et de surcroît les loyers sont encadrés de manière indirecte (même si le loyer est libre au départ, la hausse est ensuite encadrée et indexée). Les plus entreprenants peuvent se tourner vers l’immobilier à l’étranger aussi, parfois extrêmement lucratif comme par ex l’immobilier aux USA pour ceux qui ont investi avant 2012 (renta 10%/an), en Thaïlande où la croissance immobilière est fantastique (mais où l’on n’est pas propriétaire du foncier), en Allemagne avec un parc immobilier encore très sous évalué en 2018 et des prix qui flambent (+12% a Berlin en 2017!, au Canada coté Québec).

Une dernière tendance arrive des pays anglo saxons : les investissements dans des sociétés à distribution de revenus : ici l’investissement dans un business n’est pas fait dans un objectif de revente future avec plus-value, mais au contraire dans une perspective de percevoir une rente régulière. Certains professionnels structurent des véhicules d’investissement dans ce sens et ça peut très bien marcher avec des rentas distribuées trimestriellement qui seront un revenu de retraite supplémentaire à part entière. Attention toutefois nous touchons là un aspect plus entrepreneurial de l’investissement (sécurité de l’investissement, de la distribution, des conditions de sortie -récupérer son capital- etc), mais de telles sociétés existent et permettent des très bonnes rentabilités qui constituent un vrai revenu complémentaire parfois supérieur à la retraite pour ceux qui disposent de suffisamment de capital à investir (par exemple 250.000 euros rapportant 12% par an génèrent un revenu de 30 000 euros annuels bruts supplémentaires, plus que la retraite elle même dans bien des cas !).

vous voulez booster vos revenus de 1.500€/ mois et vous n’avez pas constitué des réserves sur un plan de retraite supplémentaire pendant votre carrière ? c’est possible si vous disposez d’un capital conséquent avec le dernier véhicule d’investissement structuré au Luxembourg pour et avec certains clients d’EOR. l’Épargne liquide est aussi révolutionnaire que l’était le bilan retraite en 1995: un produit qui distribue des revenus de retraite. Découvrez cette #fintech dont vous n’avez pas fini d’entendre parler ici www.moneynci.com

 

​et les enfants dans tout ça ? attention !

Enfin un dernier point qui est souvent oublié et qui est pourtant d’importance capitale : guidez vos enfants vers l’indépendance financière​ le plus vite possible​, en effet c’est lorsque les parents songe​nt​ à lever le pied que les enfants ​démarrent leurs études​ supérieures​ et c’est bien souvent à ce moment-là ​que le budget des grands enfants explose: logement​, transports,​ ​coût de la scolarité, habillement, sorties​ etc… Donc plus vite vos enfants seront à même de se prendre en charge, et mieux vos finances d’inactif ou retraité se porteront !​

Depuis 20 ans j’accompagne les actifs pour calculer leurs pensions et les aider à mener une réflexion optimisée sur leurs conditions de départ à la retraite alors pour prendre sa retraite le plus tôt possible n’hésitez pas à nous contacter. Notre cabinet, c’est des milliers de cas traités de la simple consultation horaire ou téléphonique jusqu’à la prise en charge complète de votre dossier et interventions par mandat auprès des caisses. Un vrai métier d’expertise et d’accompagnement et assistance retraite.

Vous aussi souhaitez arrêter le + tôt possible ?

►  Vous ne savez pas à quel âge partir ni pour quel montant ?

►  Vous avez besoin de conseils pour planifier votre départ ?

        ►  Vous avez besoin d’arbitrage technique (chômage, cumul emploi retraite, cessation progressive) ?

        ►  Vous ne souhaitez pas vous occuper de la partie administrative ? 

Venez rencontrer JF Chauffeté qui vous aidera a planifier votre fin de carrière en étudiant toutes les pistes possibles,  Consultation horaire sur place à Paris 8ème ou par téléphone au 01 45 22 22 00.

ALORS CONTACTEZ-NOUS
  






Envoyez moi votre newsletter

Articles les plus lus

Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu et les annonces, d'offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur l'utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse, qui peuvent combiner celles-ci avec d'autres informations que vous leur avez fournies ou qu'ils ont collectées lors de votre utilisation de leurs services. Plus d’informations

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close